Le Lien 42

Les MLCC numériques

La Monnaie Locale La Doume de Clermont-Ferrand existe depuis bientôt 2 ans. L’association a créé son propre logiciel de gestion des Doumes en ligne. Seul les professionnels peuvent avoir un compte et faire des virements en Doume à d’autres professionnels. Ce système simple et peu coûteux répond aux attentes de monnaie locale en France, qu’elle soit existante ou en projet. Et nous en faisons partie ! Si la monnaie papier est importante, nous pensons qu’il est difficile de concevoir le développement du LIEN sans avoir recours au numérique.

Pour répondre à ses besoins des différentes MLC de France, la Doume a décidé de reprendre et améliorer son logiciel. Nommé Moloch (pour MOnnaies LOcales Complémentaires) le logiciel sera placé sous licence créative commons (logiciel libre). Ce sera donc un véritable outil appropriable et améliorable par n’importe monnaie. Pour se faire, un financement participatif sur Ulule est en cours pour financer le travail de 2 informaticiens, avec un objectif de 27600€. L’association MLCC42 y a participé ainsi que plusieurs de ses membres, nous vous invitons aussi a soutenir cette initiative sur la page Ulule :

https://fr.ulule.com/moloco/

Détail important : les sommes versées seront intégralement remboursée si le palier des 27600€ n’est pas atteint ! Une nouvelle tentative mieux médiatisée devrait avoir lieu si celle-ci ne remporte pas de succès.

Ce financement participatif est l’occasion de faire un mini-dossier pour présenter 4 autres monnaies qui se dématérialisent en proposant des systèmes de paiements électroniques.

On ne parlera pas ici du Bitcoin qui n’est ni une monnaie local ni une monnaie citoyenne.

Le Coopek est une monnaie nationale numérique engagée en faveur écologique. Portée par une SCIC (Société Coopérative d’intérêt Collectif) le Coopek a fait son lancement le 3 octobre. Les Coopek circulent parmi les réseaux Biocoop (dans les boutiques qui ont choisi de l’accepter), ainsi que d’autres réseaux et initiatives engagés en faveurs de la transition écologique. Ainsi le Coopek compte parmi son réseau un grand nombre d’entreprises et artisans du bâtiment. Une action importante du Coopek sera de pouvoir créer une monnaie-crédit en Coopek permettant de financer la transition écologique.

La Bel Monnaie de Valence et ses environs est une monnaie uniquement électronique. Elle fonctionne avec une carte équipée de flash code. Le logiciel de gestion est conçu par Doing, une entreprise stéphanoise. Les utilisateurs et les commerçants utilisent uniquement un compte en ligne.

Le Sou en Mayenne est une « monnaie libre » dans la lignée de la théorie relative de la monnaie de Stephan Laborde. C’est une crypto-monnaie citoyenne basée sur la technologie blockchain, aujourd’hui en test depuis quelques mois, et donc encore à l’état de projet. L’idée à terme sera de mettre en place un dividende universel pour tout les adhérents avec de la monnaie créé tout les mois, et avec une limite théorique basé sur l’espérance de vie, le tout étant géré par un algorithme dont les règles sont accessibles. Il sera aussi possible de convertir des Euro en Sou.

L’Eusko dans le Pays Basque est la plus grande monnaie locale de France : plusieurs centaines de milliers d’Eusko en circulation parmi plus de 1000 professionnels acceptant la monnaie. L’association est en sérieuse réflexion pour devenir une monnaie numérique. Pour cela un partenariat est en construction avec une entreprise qui assure le déploiement, la maintenance et la sécurité. Cette entreprise utilise un software open source nommé Cyclos. Ce logiciel libre est conçu pour le paiement en ligne. Comme la Bel Monnaie il permet d’utiliser un flashcode, Cyclos permet en plus le paiement par SMS.